Pourquoi bricoler c’est écolo ?

05 Août 2021

Que ce soit pour en faire la petite activité du dimanche ou une grande passion, il faut bien comprendre que se mettre au bricolage est plein de vertus. Pas que pour le porte-monnaie.

Bricoler pour ne pas jeter

Dans notre société du tout jetable, on a vite pris l’habitude de jeter un objet dès qu’il présente un petit souci. Pour moi, le tout premier avantage du bricolage c’est apprendre à réparer ce qui est cassé. Et ça, ça fait la différence quand on sait ce qu’il faut pour créer un objet neuf. Par exemple, il faut 2 tonnes de matières premières pour créer un micro-ondes. Alors si on peut changer le câble d’alimentation défectueux au lieu de tout bazarder et racheter du neuf, c’est autant de matières premières que l’on va laisser dans le sol. Pour en savoir plus sur les impacts des objets neufs, vous pouvez aller faire un tour sur le site du Défi Rien de Neuf 😉

Je peux aussi récupérer des vieux objets, meubles etc non réparables pour les détourner et ainsi récupérer la matière. C’est aussi ça la magie du bricolage. Mais là, je marche sur les platebandes de Marie 😉

Wooden planks forming the letters DIY for « Do It Yourself »

(Faire) bricoler pour soutenir le local

Si je ne sais pas réparer moi-même, je me tourne vers des ateliers participatifs ou des repair cafés. Un repair café est “un atelier consacré à la réparation d’objets et organisé à un niveau local sous forme de tiers-lieu, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit.” Vous pouvez trouver la liste des repair cafés près de chez vous sur le site RepairCafé.org.

Si vraiment c’est la galère, dans un premier temps, je peux confier mes réparations à des artisan·es ou des ateliers près de chez moi. “Selon un rapport de l’ONG Gaïa, le secteur de la réparation crée 3 fois plus d’emplois que le secteur du recyclage, qui crée lui-même 50 fois plus d’emplois que l’élimination des déchets” (source : Zero Waste France). Surtout, ce sont des emplois non délocalisables. Alors j’y fonce. J’en profite pour y rester, jeter un petit coup d’œil et voir si je ne peux pas retenir quelques conseils pour la prochaine fois.

Mid adult woman with man polishing furniture outside house

Bricoler pour ne pas dépenser

En apprenant à faire moi-même, je jette moins, je rachète moins et donc je dépense moins. J’évite de mettre mon argent dans la machine à sous capitaliste ultra-productiviste. Je fais un pas de côté. En faisant du bricolage, de la réparation, de la couture etc un vrai réflexe, je peux faire de belles économies, travailler un peu moins, réparer un peu plus. Boum : cercle vertueux !

Je peux aussi faire du bricolage un moyen de troc. J’aide mon voisin a réparer sa machine à laver, ma voisine à faire l’enduit de son mur et en échange il me garde mon chien pendant le week-end, elle me donne des fruits de son verger…. Toute cette logique aide à sortir du système travailler – acheter – jeter. Système qui, rappelons-le, flingue la planète ! Le bricolage aide à s’autonomiser et à construire une société un peu moins capitaliste. Rien que ça.

le troc de bricolage contre légumes du jardin de ma voisine

Pauline
Un an pour devenir une vraie bricoleuse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :